Lettre à France

Publié le par MJS 18

Bourges, Le 17 janvier 2010

Lettre à France,

Lorsque l’on m’a demandé il y a quelques jours d’écrire un article pour ce blog, je me suis dit « mais
qui suis-je moi pour donner mon avis sur l’actualité de notre pays ? Ne vais-je pas tous vous
ennuyer ?»

Je trouvais la tache terriblement ardue puis j’ai décidée d’essayer. J’ai décidé de laisser parler mon
coeur, j’ai décidé de vous parler simplement, comme je le ferais avec un ami, comme je le ferais avec
ma mère.

Je m’étais promis de ne pas aborder le sujet de l’identité nationale tant je le trouve inutile et
dangereux, mais les faits de ces derniers temps m’ont tant blessée que j’avais besoin de me confier.
En décembre 2009, Monsieur André VALENTIN, maire UMP de Meusienne de Goussainville, déclara :
'Il est temps qu'on réagisse, parce qu'on va se faire bouffer! Il y en a déjà dix millions. 10 millions que
l'on paye à rien foutre » http://video.excite.fr/video/7225/Derapage-raciste-du-maire-UMP-de-la-
Meuse

Brice Hortefeux, ministre de l’intérieur, de l’outre mer et des collectivités territoriales, déclarait dans
le même ton, au sujet d’un militant UMP d’origine maghrébine « il ne correspond pas du tout au
prototype….Quand il y en a un, ça va. C’est quand il y en a beaucoup qu’il y a des problèmes» en
réponse aux propos suivants de ses collègues : « Il boit de la bière, il mange du cochon, c’est notre
petit arabe.» http://www.philippemarx.net/2009/09/hortefeux-le-vrai-visage-video-propos.html

Participant à quelques débats politiques sur internet, j’accusais il y a à peine quelques jours, d’autres
remarques racistes :

« Le métissage abaisse le quotient intellectuel des européens, disait une personne dont je ne
donnerais que la première lettre du pseudo « E. ». « Même Sarko est un fils d’impure » ajoutait cette
personne. « Ne comptent que les français de souche…un immigré ou fils d’immigré doit juste se taire
et être discret, il doit s’intégrer. »

Une autre personne ajoutait « Bougnoul=race de mort ». Alors que je lui demandais d’où lui venait
cette haine, il me répondait que cela venait du fait qu’il avait été « racketté toute son enfance par des
arabes ». Est-ce une raison suffisante ? N’est ce pas un argument purement subjectif ?
Permettez moi de vous donner d’autres exemples de ce racisme que nous vivons au quotidien, et
qu’il est temps de faire cesser.

Il y a deux mois, je faisais la connaissance d’une jeune femme d’une cinquantaine d’année. Voyant
que je ne suis pas typée et ne connaissant pas mon métissage, celle-ci se lança un jour dans une
discussion qui me glaça littéralement le sang :

« Attends, ya plus d’arabes qui foutent la merde que de français…Nan mais c’est vrai, si tu regardes
bien….c’est toujours les mêmes….» La gorge serrée par la déception, je lui demanda d’arrêter. Elle
poursuivit.

« Arrêtes » Ordonnai-je alors. « Je suis métisse et d’origine marocaine par mon père. Je ne peux pas
tolérer que tu dises des choses pareilles. Pourquoi mêler l’origine à la délinquance ? »
« Ah bon, me répondit-elle, les yeux tant écarquillés par la surprise qu’ils risquaient de se déchirer
…Mais toi ce n’est pas pareil ». Bein voyons…..

Je ne citerais plus qu’un exemple. Lors d’un entretien d’embauche pour un cdd dans la restauration
rapide, la directrice adjointe de l’établissement me demanda l’origine de mon prénom. Refusant non
seulement de renier mes origines, mais aussi et surtout de m’inscrire dans une logique de
victimisation, et ne connaissant pas l’opinion politique de mon interlocutrice, je lui répondis dans un
sourire de contenance, que c’était un prénom d’origine marocaine. La directrice s’empressa aussitôt
de saisir son stylo rouge pour inscrire et entourer le mot « marocaine » en grosses lettres sur mon cv
et sous mes yeux médusés. Je lui demanda d’une voix blanche pourquoi elle avait noté cela.

« Pour m’aider dans mon choix, lorsque je relirais les cv à tête reposée » répondit-elle sans gêne.
L’origine est donc un critère de sélection ? M’empressa-je de rétorquer. « Oh non, rassurez-vous.
C’est pour moi, c’est juste pour m’aider, c’est tout ». Dois-je préciser que jamais je n’eu le poste ?

Quelques semaines plus tard je demanda à rencontrer le directeur du restaurant qui reconnut
l’erreur de sa collègue mais ne m’embaucha pas pour autant.

Plus récemment, alors que je dinais chez une amie, un des invités à qui je relatais ces évènements,
s’exclama : « Bah tu exagères vous vous victimisez tout le temps, ya pas de racisme…oh la la »
Ce jour là, j’étais si épuisée que je ne pu insister.

France, comment en sommes nous arrivés là ?

L’intégration ne passe t- elle pas par le respect de l’autre ? Devons nous supporter toutes ces
atteintes à notre dignité et nous taire ? Assurément non, j’ai toujours cru que l’humain était doué de raison, d’intelligence et de bon sens. Certains me disent que je suis naïve, mais je continue à y croire. Je veux croire en l’homme. Je veux croire en chacun de nous. Je veux croire qu’un jour, notre mère sortira de sa léthargie pour tous nous réunir.

Btissam M’NARI.
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article